Les iles en vue... et le rosé aussi !

Le cru 2012 du rassemblement de Borme les Mimosas aura été à l'image de la mer durant ce week-end : calme et serein (sauf le soir).

Perdus au milieu de la déferlante des vacanciers allemands, seule une douzaine de kayaks prirent la mer depuis les plages du camp du domaine.

Port-Cros02_2012

Voir le diaporama de l'auteur.

Comme il y a deux ans, le samedi après-midi, nos coups de pagaie nous poussèrent jusqu'au fort de Brégançon. Profitant du calme de la grande bleue, impossible à réveiller même en la chatouillant entre les rochers, nous avons beaucoup papoté .

Récit des dernières navigations, mise en commun des expériences de chacun, découverte des nouveaux participants dont une famille descendue de ses montagnes de Haute Savoie, comparaison du matériel, excès de certains sur les produits de la vigne locale, les sujets n'ont pas manqué.

Après une première tentative de débarquement face au fort de Brégançon au cours de laquelle nous fûmes repoussés par des éléments capitalistes ''numérairement'' supérieurs, nous avons fait une pause avec vue sur ce magnifique monument de notre patrimoine national du balcon duquel le président Chirac organisa une exposition de bijoux présidentiels.

Au cours de cette pause, j'eus le malheur d'exposer mes projets d'aller pagayer en Colombie britannique en 2013 en compagnie de mon épouse et de quelques ours. La description que nous fit alors Stan de son expérience là-bas fut telle que nous avons décidé plutôt de partir à Palavas les Flots.

Le retour fut sans histoire, je n'en dirai pas autant de l'apéro qui suivit. Participant pour la deuxième fois à ce sympathique rassemblement, j'ai pu admirer la façon dont beaucoup levaient le coude à hauteur des yeux dans la journée pour pagayer et répétaient l'opération le soir à hauteur de la bouche pour ''s'hydrater''. Le briefing de Stan sur la navigation du lendemain en direction de Port Cros eut lieu heureusement en début de soirée.

C'est donc une petite armada de seulement neuf bateaux dont deux « bi » haut-savoyards qui prirent le départ le dimanche matin direction plein sud, cap sur la pointe ouest de l' ile du levant pour tenir compte du courant et ne pas rater Port-Cros car après c'est la Tunisie.

La traversée fut un grand plaisir grâce à une Méditerranée aux iles d'or ensoleillées, aux rivages sans nuages, au ciel enchanté, pardon … j'ai des renvois.

Seul incident, nous avons dû nous arrêter pour laisser passer un gros remorqueur afin de ne pas le gêner avec les vagues que nous faisions.

Suite à cette rencontre, Stan ne peut résister devant tant de puissance et rêvant à l'Abeille-Flandre prend en remorque un des kayaks biplaces.

Même le pic-nic dans la baie de port-man se déroule sans qu'un garde du parc ne vienne nous faire de remarque, Nerée est vraiment avec nous.

Notre petite équipe étant constituée de gens prudents préférant garder leur énergie pour le retour, aucun ne décide d'effectuer le tour de l'ile, seul Joss ira plonger avec les mérous le long du sentier de découverte sous-marin

Le reste de l'équipe préfère aller se plonger dans un verre de bière dans un des bars du petit port de l'ile .

Le retour est aussi agréable que l'aller, la mer nous gratifie même d'une petite brise de sud-ouest qui nous pousse avec douceur et nous permet de « gratter » un voilier d'au moins 12 mètres.

Nous débarquons au camping peu de temps avant qu'un orage des montagnes varoises ne vienne déborder avec fracas sur la baie de Bormes.

Pour ne pas que les membres de cette aimable assemblée passent pour d'incorrigibles soiffards, je décrirai la soirée qui suivit comme conviviale et enrichissante d'autant plus que quelques membres de Nérée,Marie-Odile et Laurent, bien qu’indisponibles pour naviguer sont venus en voisins partager notre plaisir... et nos bouteilles !!!

Lundi matin, seuls six bateaux prennent la mer en direction du cap nègre, la mer est toujours d'humeur aussi zen et Jacques, ancien pilote de chasse, nous précède à mac 2. Nous dépassons le cap Nègre et allons déballer nos pâtés et autre chips sur une plage paradisiaque de la baie du Trésor ;

Le trésor, nous l'avons autour de nous, c'est ce lieu enchanteur. Le retour vers le camping sera aussi

calme que les autres navigations de ces trois jours. Seule la rencontre avec un petit yacht d'une trentaine de mètres au look militaire et au bilan carbone catastrophique ponctue cette dernière étape.

Le bilan de ces trois jours est donc simple : calme et volupté, un peu trop calme même.

Je conclurai en proposant que la prochaine rencontre ait lieu sous le thème : « kayak de mer et diététique, quelle compatibilité ?» !