Articles

Nérée au pays de l’Estérel.

Ils sont venus pour naviguer le long des roches rouges de l’Estérel:  le Dramont, l’Ile d’or, La baie d’Agay, Anthéor, le cap Roux. Ils sont  là Stan, Clémentine, Pierre.. et les autres joyeux et déterminés avec  leur esquifs rutilants.

groupe_agay_2010


Samedi matin 27.

Pour nous saluer mais aussi certainement pour nous  défier le Mistral  s’est mis à souffler.

Bonne brise, force 5. Non.  

Vent frais, force 6. Non.

Grand frais, force 7. Certainement.

Coup de vent, force 8. Possible.

Qu’est-ce qu’on fait ?

On peut tenter de faire  le tour de l’Ile d’Or qui est là à quelques encablures. On tente. On  embarque, bien protégés au Poussaï. On se glisse à l’abri derrière  l’ile ; ça va. Cent mètres; ça va toujours. On est au bout, le Mistral  nous attend. On y va. Mais là...mais là.

Ouilleouilleouille. Le vent.  Féroce. La mer. Méchante. Les embruns. Cinglants. Et nous... Arc-boutés  sur nos pagaies essayant de ne pas reculer. On tient. Mais pour faire  le tour il faut se mettre vent de travers. Plouf ! Déjà un.

Combien  d’autres?

On devient hésitants. Deux téméraires arrivent à passer. Les  autres. On insiste pas. Retour derrière l’ile, puis Poussaï. C’est  beau l’île d’Or.

Samedi après midi.

Le Mistral ne faiblit pas. Alors ronds dans l’eau dans la baie et la rivière d’Agay.

Dimanche 28. 10 heures plage d’Agay.  
Quelques kayakistes locaux se joignent à nous.  On va où ? Le vent s’est  un peu calmé mais ça remue encore pas mal au large. On verra bien; en  route pour le Cap Roux. Effectivement à la sortie de la baie  c’est  encore bonne brise avec une mer hachée mais on a le vent dans le dos.  
Les roches rouges, les petites criques, les passages étroits, le rase-cailloux. On est venu pour ça. Le Mistral à l’air de faiblir. Et tout  d’un coup: la renverse. En un instant le vent d’Est dans le visage  force 3. Les locaux nous disent que cette renverse subite est  fréquente. Quelques moutons au large. Attention au vent d’est qui  arrive du grand large. Le ciel se dégage. Seuls restent de beaux  nuages lenticulaires. Le vent s’établit: petite brise, mer belle. Tout va bien. 

Anthéor.

Devant nous  le beau massif du cap Roux . On a  faim. Arrêt sur une plage sous le Rocher St Barthélemy. D’abord le  sympathique foutoir des kayakistes qui débarquent vers midi:  Gilets,  blousons, shortys, combis, maillots, chaussons, accrochés, étalés,  étendus, suspendus partout au soleil. Puis le festin: les sandwiches,  les casse-croûte, le saucisson, le pâté Hénaff, les saladettes, les  portions de Vache qui rit, du chocolat, le rosé en bouteille, le rosé  en cubi et même ... et même une tarte. Le festin. On a rien mangé de  meilleur depuis la dernière rando. Calme. Un peu plus tard . On  réenfile les maillots les combis les shortys etc...A l’eau. Direction  le Boyau du Diable (voir boyau du diable). Le voilà. Quelques uns s’y  risquent. Une curiosité. Le retour. Soleil, petite brise dans le dos,  mer joyeuse, chahuteuse et nous, chahutés et joyeux. 

 Agay.

On tire  les bateaux. On se rhabille en civil. On monte les bateaux. On parle  un peu des prochaines sorties.

Au revoir. A bientôt.                                                                                                     

C’était bien. C’était Nérée au pays de l’Estérel.

Les Albums photos.

Monitoring internetVista® - Monitoring de sites web