Description de ma voile de kayak de mer

 

I - DESCRIPTION DE LA REALISATION

Photo 1:
sail01La voile est démontable et peut être roulée séparément. Elle peut aussi être roulé avec les mâts fixés au pont (voir photo 27). Seul un cordage d'environ 5 m (tendeur avant de mât ou "forestay") reste toujours en place avec poulie à la pointe avant, guide corde et taquet coinceur sur le pont devant l'hiloire (voir photo 26).

 

 

 

 

 

 

 

 Photo 2: sail02La voile, les mâts (1m60) et les cordages (fixation de la voile et écoutes), une fois déroulés. Deux mousquetons en plastique crochettent les oeuillets supérieurs, et deux bouts de cordes noués aux oeuillets inférieurs percent latéralement la base des mâts pour ressortir dans son axe pour l'attache aux lignes de vie du pont.

 

 

 

 

 

 

Photo 3:
sail03La voile, vue perpendiculaire, pour visualiser ses proportions (trapèze 1m26; 2x1m30, 0m30). La base du trapèze (30cm) est à ajuster à la distance entre les deux lignes de vie au points de fixation sur le pont (voir photo 17). Celle-ci est en plastique transparent semi rigide, mais il est plus agréable de la confectionner en toile de voile standard avec une fenêtre en plastique transparent centrée sur la moitié inférieure du trapèze.

 

 

 

 

 

 

Photo 4:
sail04Détail de la fixation inférieure: les mâts sont en fibre de verre (tronçon de canne à pêche télescopique) de longueur 1m60, diamètre inférieur 22mm, supérieur 16mm. Afin d'obtenir longueur et diamètres voulus, j'ai assemblé deux tronçons successifs entre eux, scotchés (au "duck") pour éviter l'effet télescopique et coupé les extrémités afin d'obtenir des diamètres compatibles avec des bouchons (pieds de chaise standards) emmanchés forcé aux extrémités. Le cordage inférieur (4mm) d'abord noué à un oeuillet inférieur de la voile, est introduit dans un trou percé latéralement au mât au dessus du bouchon puis ressorti par un trou percé au centre du bouchon. L'extrémité destinée à la fixation au pont est chauffée pour former un bourrelet empéchant son extraction du mât pendant les manipulations.

 

Photo 5:
sail05Détail de la fixation supérieure: un simple noeud de cabestan avec un cordage (4 mm) sur l'extrémité supérieure du mât et un mousqueton en plastique pour la fixation à la voile (décrochable durant les manoeuvres de navigation). La longueur du cordage est à ajuster aux dimensions de la voile et des mâts (penser aussi à donner du "mou" pour le rangement sur le pont).

 

 

 

 

Photo 6:
sail06Détail de la fixation supérieure: afin que le noeud de cabestan ne glisse pas sur la mât, quelques tours de scotch, d'abord autour du mât seul, viennent ensuite maintenir l'extrémité inutile du cordage juste pour la finition.

 

 

 

 

 

 

Photo 7:
sail07Détail de la fixation des écoutes: encore un noeud de cabestan avec une corde (6 mm pour éviter les noeuds et faciliter les manipulations de navigation) à 36 cm de l'extrémité supérieure du mât. L'extrémité inutile du noeud de cabestan est récupérée avec une longueur suffisante pour confectionner une boucle destinée à l'attache du tendeur avant de mât ("forestay") par un mousqueton en plastique). Quelques tours de scotch sur le mât de part et d'autre du noeud de cabestan immobilisent définitivent sa position sur la mât (un peu plus de tours du coté inférieur du mât à cause des forces en jeu).

 

 

 

  Photo 8: sail08Tendeur avant de mât (forestay): 5 à 6 m de corde (6 mm pour éviter les noeuds et faciliter les manipulations de navigation) avec un mousqueton en plastique pour la fixation au mât, une poulie fixée à la pointe avant du kayak....

 

 

 

 

 

 

Photo 9:
sail09Tendeur avant de mât (forestay): .... sur le pont, un guide corde en plastique (type avec tube inox moulé) et un taquet coinceur adaptés à une corde de 6 mm.

 

 

 

 

 

Photo 10:
Vue rapprochée du modèle de guide corde.
sail10Variante:
Un autre type de tendeur de mât beaucoup plus simple à réaliser et à utiliser (une corde de moins à manipuler) est possible avec deux sandows, fixés à la pointe avant et à chaque mât une bonne fois pour toutes durant toute la navigation. La position résultante des mâts est moins "fine" durant la navigation, mais c'est une appréciation personnelle et ça marche aussi très bien. Un petit défaut de la solution "sandows" est que pour changer le croisement des mâts durant la navigation il faudra se faire aider par un autre kayakiste ou alors il faudra le prévoir à l'embarquement en fonction du vent dominant pour un trajet donné. La solution "corde et poulie et ..." permet d'être totalement autonome pour le croisement des mâts; à ne pas faire tout de même sans s'abriter si la mer est trop agitée ou le vent trop fort.

Monitoring internetVista® - Monitoring de sites web