Néréens à la Galère

Comme le dit Pierre, nous sommes 6 kayakistes de mer donc 4 tantes non 4 tentes (2 doubles et 2 singles) pour profiter d'une fenêtre de calme en cette période plutôt agitée. Un long week-end, mais pas navigable sur la durée, jeudi vent et pluie, vendredi mer forte, samedi magnifique et dimanche vent d'est. Cet automne il aura fait beau temps tous les jours travaillés et mauvais temps tout le reste, suivez mon regard...

 

Ce week-end, Céline et Didier ont une tendance bi, oui, oui, kayak de mer et tente sont biplaces. Laurent le régional de l'étape nous rejoint pour la journée. Ce sont donc 5 morts de faim, qui partent pour une rando plume. Janine et Patrick ont profité des vacances de la Toussaint pour tremper leurs pagaies, 'rassasiers' mais gourmands.

 

Rapide coup de rapporteur carré, de la Bergerie vers le Cap des Mèdes, il y a 4,1 milles nautiques. Patrick, toi qui t'entête à me donner une distance kilométrique, même Pierre me parle en mn. Vitesse moyenne d'un kayak de mer environ à 3 nœuds soit 3 milles marins à l'heure. On a donc 1h et 20min de navigation. Nous mettons 1h30min pour rallier les îlots, arrêt technique au pied du fort, petite ballade sous l'arche, avant de plonger au sud par la face EST. Un mille et demi pour ajouter quelques rayures dans les passages à vagues puis c'est la Galère, la pointe et sa petite sa petite plage. On recharge les batteries le tout arrosé d'un petit blanc boisé préparé par les vignerons de Cucuron.

 

La nuit tombe tôt, ne nous attardons pas, cap au nord et aux abords du cap des Mèdes nous traversons une flotte de régatiers encalminée dans la pétole, nous avons l'air de vrais bolides, ça change. La pointe de Léoube est à 5,5 miles encore quelques rushes vidéos et l'appareil rejoint le sac. Filmer une équipe qui avionne m'épuise, je perds 100m pour filmer puis je rattrape et rebelote je filme, je reperds 100m, etc. A jouer l'accordéon la fatigue gagne, ils n'ont aucune grâce pour le caméraman, l'appareil restera dans le sac.

 

Le soleil baisse sur l'horizon, la côte prend une belle couleur chaude encore quelques minutes avant la nuit. Les derniers promeneurs regagnent les lumière, une belle table de pique-nique nous accueille pour la soirée. Marie-Odile nous rejoint pour le repas, elle travaillait par une si belle journée, « la pauvre », décidément les patrons sont sans cœur. Veillée au Médoc, le magnum m'avait été confié il y a quelques mois par Pierre, le conserver jusqu'à ce soir a été un vrai supplice. La soirée s'étire, puis se termine par des bananes flambées spécialité de Patrick, la notre c'est de les engouffrer avec volupté. Encore quelques plaisanteries puis c'est le temps de regagner nos pénates, surprise pour tous, il n'est que 20h30, une grosse nuit de récup est devant nous. Ces nuits d'automne ont un charme indéniable, douceur des températures, soirée très longue qui n'empiète pas sur le temps de sommeil.

 


Afficher Baie d'hyères sur une carte plus grande

 

Le vent de Sud-Est s'est levé dans la nuit, mais la pluie elle s 'en est allée, un petit déjeuné copieux, ré-embarquement, puis retour avec le vent dans le dos. Port de Miramar, un pointu rentre au port, je lui laisse la priorité, fier de lui le pêcheur me présente une dorade royale d'environ 75cm, il en a pris 3 autres plus petites. Nous arrivons sur Hyères une régate barre toute la rade impossible de ralier notre point de départ directement, en plus le départ est à 300m de l'entrée du port. Les voiliers sont sous spi, nous sommes déviés par les officiels vers la digue, là où les vagues déferlent évidemment. Puis retour vent de face le long de la plage, l'ennui gagne. Malgré tout, chacun est ravi d'avoir trouvé un splendide créneau météo.

Vue par Patrick

Vue par Pierre

Monitoring internetVista® - Monitoring de sites web