De Paimpol à la pointe du Raz - Bretagne - Juillet 2013


 

                      De Paimpol à la pointe du Raz – Bretagne Nord – Juillet 2013

  Depuis le temps que l’on avait envie de naviguer en se confrontant aux marées, aux courants, au brouillard et autres particularités bretonnes, voilà, c’est fait !

  Par chance, cela s’est réalisé pour ce mois de juillet avec une météo exceptionnelle : grand beau et fortes chaleurs (25 à 32° C) durant les 10 jours effectifs de kayak. Dixit les Bretons eux-mêmes, ils n’avaient pas vus ça depuis plus de 10 ans… !

  Après 1375 Km et 2 jours de route (c’est loin la Bretagne… !), nous sommes arrivés à Paimpol, lieu décidé de départ de nos navigations.

  Je ne vous cacherais pas que les veilles de nos premières journées de nav., nous nous sommes pris la tête pendant de nombreuses heures afin de déterminer l’endroit ainsi que les horaires de départ et de retour, les caps à prendre, en fonction des marées et courants ! Jour après jour, peu à peu, on assimilait…

bretagne01 2013

Diaporama

 

 

              Lundi 08 juillet : départ pour le tour de l’île de Bréhat depuis Loguivy.

  Nous passons au sud du phare de la Croix puis slalommons entre le semis d’îles et d’îlots de Bréhat pour passer entre les îles de Raguénès et Biniguet (privée comme d’autres dans le coin) afin de remonter le chenal du Kerpont. Magnifique parcours de rase-cailloux au nord avant de saluer le phare du Paon. La marée descendant, la faible hauteur d’eau nous interdit le passage par la Chambre et c’est dans l’ambiance du large que nous atteignons la câle au sud-est de Bréhat pour le picnic sur la plage de sable blanc du Guerzido. Une ballade à pieds au cœur de l’île et de son joli centre-bourg nous permettra de vérifier son appellation de l’île aux fleurs !

  Puis le passage du superbe littoral sud, ressemblant presque à la côte de l’Esterel, nous ramène de bacs en bacs dans les courants de Biniguet aux Trois-Iles pour un retour à Loguivy.

  Quelle belle journée d’entrée en matière par grand beau et mer calme !

Mardi 09 juillet : vers le Sillon de Talbert.

  Départ du toujours tranquille petit port de Loguivy pour rejoindre la très protégée et sauvage  anse de Pommelin. Plus au nord, tant que la marée nous le permet, arrêt sur l’île Coalen et ses lapins pour visiter le dolmen éboulé sur la plage. Puis plein nord pour découvrir l’immense Sillon de Talbert totalement découvert à marée basse comme toute cette zone et surveillé par le phare des Héaux 2.5 milles plus au nord.

  Après un picnic sur l’île de Modez, privée et sévèrement gardée, retour par le chenal du Trieux et ses courants sportifs par endroits à notre point de départ.

Mercredi 10 juillet : tour des îles de Port Blanc.

  Une série de grandes roches montent la garde près du littoral de Port Blanc. Les courants complexes ont érigé des tombolos de galets entre elles, créant des îles qui protègent des conditions extérieures un lagon de toute beauté. Le lagon assèche considérablement à marée basse, puis se réduit à un petit plan d’eau face à Port Blanc. Un superbe labyrinthe de granit à découvrir ! Prés salés, château sur l’île Ziliec, île rocheuse japonisante, moulin à marée sur l’île Balanec, etc… : reposant !

Jeudi 11 juillet : Coup de vent.

  En raison d’un coup de vent d’est force 6, nous en profitons pour parcourir le sentier des douaniers le long de la côte de Granit rose de Ploumanac’h. Nous serpentons à pieds entre les blocs de granit façonnés par l’érosion, la lande de fougères et de bruyères mauves, contrastant avec le bleu turquoise de la mer : cette côte est une merveille !

Vendredi 12 juillet : coup de vent persistant.

  Le vent accompagné d’un ciel quelque peu nuageux nous incite une fois de plus à randonner le long du sentier littoral de Trégastel plutôt que de prendre la mer. Plages de sable blanc, bestiaire de roches évocateur, blocs géants en équilibre, bref, on ne s’en lasse pas ! Le soleil revenu, la presqu’île Renote pous pose un problème : sommes nous en Bretagne où aux Seychelles ?

Samedi 13 juillet : la côte de Granit rose.

  Départ de notre bivouac de Landrellec pour Ploumanac’h et sa côte de Granit rose. Ciel bleu, mer calme. Le granit est souvent perçu comme une roche austère. Ici, de par sa couleur rose-orangé et ses formes toutes plus improbables et arrondies les unes que les autres, il évoque animaux aux abois, personnages fantasques ou objets étranges. Troué, plissé, parfois en équilibre précaire, il est vecteur de fantaisie. Naviguer dans un rêve, ce n’est pas si courant. Un dé de pierre, un burlesque château de granit rose sur l’île Coastérès et un mignon petit phare, Men Ruz, les trois amers locaux pourraient illustrer un conte !

Dimanche 14 juillet : tour des Sept Iles.

  Départ tôt le matin à mi-marée depuis la presqu’île Renote pour une longue journée de navigation dans cette réserve naturelle. La mer est un miroir parfait comme rarement vu et il fait déjà chaud !

  Les courants forts du flot nous rendent difficile l’arrivée sur la grève nord de l’île aux Moines mais la visite du phare et de l’ancien Fort nous offre une pause ainsi qu’une vue magnifique à 360°. En reprenant la mer, un phoque veau marin vient jouer les curieux près de nos kayaks. En passant l’île de Malban, quelques macareux moines nous survolent alors qu’à l’approche de l’île de Rouzic, nous sommes escortés par un tourbillon de centaines de fous de Bassan. Plus de 16000 colonisent l’île et forment un tapis neigeux tellement la colonie est dense ! C’est ici que le festival commence car la curiosité des phoques gris les poussera à passer pas mal de temps à jouer à cache-cache tout près de nos coques. Puis ce sera le tour des huitiers-pie, des pétrels, des sternes, des macareux moines et des cormorans huppés à l’approche de l’île Bono.

  De retour près de l’île aux Moines, le spectacle de notre veau marin prenant le soleil juché sur son rocher nous tiendra en haleine pendant un bon moment. La pause picnic effectuée, il est temps de retourner sur le continent avec le jusant.

  Quelle journée magique, seuls, par de telles conditions de rêve !

Lundi 15 juillet : tour de l’île de Batz.

  Dès le réveil, la brume de mer installée nous indique que la navigation de la journée sera ardue avec une visibilité à 100 m maxi ! C’est donc à l’aide de la carte marine et du compas que nous traverserons les courants du chenal, de Penprat à l’île de Batz, au gré des balises et des cornes de brume des ferries (impressionant dans le brouillard… !) rejoignants Roscoff.

  Par une mer plutôt calme, nous réussirons fièrement le tour complet non sans avoir fait une longue pause déstressante et revigorante afin de visiter le village, terre de paysans jetée en pleine mer, et son phare.

Mardi 16 juillet : l’Aber Wrac’h – l’île Vierge.

  Mise à l’eau de la presqu’île Ste-Marguerite par une belle et chaude journée pour aller découvrir le semis d’îles situées entre l’Aber Wrac’h et l’île Vierge, que domine le plus haut phare d’Europe. Nous slalommons dans un lagon bleu turquoise entre les îles aux plages de sable blanc dont chacune forme un microcosme. Tout n’est qu’harmonie et calme : un paradis !

  Au programme, l’espiègle amer pirate du Fort de l’île de Cézon, la charmante île Wrac’h avec son pimpant petit phare, l’île Vierge agrémentée de la visite de son majestueux phare et le rdv picnic avec l’ami kayakiste local David Floch, la sauvage île Stagadon et sa plage immaculée vous transportant sous d’autres latitudes… On en rêve encore !

Mercredi 17 juillet : les Tas de Pois.

Départ de Camaret, l’un des plus jolis ports de Bretagne, pour un grand spectacle naturel

garanti sur cet itinéraire par temps très chaud et mer calme. Rase-cailloux de rigueur tout au long des falaises acérées, arches de toutes tailles, plages majestueuses, grandes et petites grottes, et surtout le paysage unique des fantastiques Tas de Pois au bout de la Pointe de Pen Hir. Plus tard, peu avant la traversée vers la pointe de Dinan et ses gigantesques grottes, nous

apercevrons un phoque. En atterrissant sur la plage de Kerloc’h, nous sommes comblés par cette journée de navigation grandiose.

Jeudi 18 juillet : les grottes de Morgat.

  A peine embarqués de la cale du port de Morgat, la traversée de la baie nous amène, lampes frontales en place, à l’exploration de la Pointe des Grottes dont la plus spectaculaire parmi tant d’autres dite de l’Autel faisant 80 m de long.

  Demi-tour au sud, la météo toujours exceptionnellement clémente nous permet de parcourir en rase-cailloux les moindres anfractuosités de ce parcours où les vagues érosives ont creusées inlassablement dans les falaises une multitude de grottes aux formes simples ou complexes. C’est une invitation à un voyage au centre de la terre, dans un monde utérin-marin magique, où les couleurs surprennent lorsque les rayons du soleil filtrés par l’eau éclaboussent les parois.

  Après un picnic et un bain (il fait 30°C !) sur la plage derrière la Pointe de St-Hernot truffée d’arches spectaculaires, cette côte aux allures méditerranéennes (eau bleu turquoise surplombée de pins) nous amène sous le Cap de la Chèvre et il ne nous reste plus qu’à effectuer le retour par le large pour jouir à nouveau du panorama de ces falaises aux strates massives ou torturées depuis un autre angle de vue !

Vendredi 19 juillet : randonnées sentiers du littoral.

  Pour varier les plaisirs et nous reposer quelque peu après ces nombreux jours de kayaks consécutifs, nous décidons de partir randonner à pieds le long des sentiers du littoral.

  Ainsi le matin nous revisualisons nos deux derniers parcours en longeant sous un ciel bleu azur les falaises déchiquetées et colorées de bruyères surplombant le cap de la Chêvre, où nous apercevons un phoque en contrebas.

  Alors que l’après-midi, c’est le sentier partant de la Baie des Trépassés et menant à la pointe du Raz qui nous plonge dans un lieu mythique et impressionnant par ses courants pour nous méditerranéens. Quel spectacle vu du haut !

Samedi 20 juillet : Pointe du Raz.

  Au réveil du bivouac à la Baie des Trépassés, nous nous disons que çà y est, nous y sommes, et qu’avec cette météo favorable, c’est désormais à nous de jouer !

  Après un passage en règle des petits rouleaux déferlants sur la plage, nous longeons la côte nous menant à la pointe du Raz, cap Horn français s’il en est. La tension monte ! Etant partis à Basse Mer + 1h1/2 sur les conseils de l’ami guide local de kayak Hugues Termeau (le farçeur… !), nous nous retrouvons dans un bouillon remuant et le flot est déjà à l’œuvre entre le cap, le Trouziard (1er îlot) et Gorle Greiz (2ème îlot). Après maints essais de passage en force de part et d’autre, le courant forçit rapidement et une marche de 50 cm se crée entre la côte et le Trouziard ! Jamais vu ça ! Nous n’en menons pas large et après les hurlements de terreur de Marie-Odile, nous battons en retraite devant l’impossibilité de passer le cap. Demi-tour dans les vagues qui blanchissent et cap au nord-est sur la pointe du Van. Elle va nous réserver une magnifique journée calme de rase-cailloux jusqu’à la pointe de Brézellec à travers arches, fjords labyrinthiques, et nombreuses grottes sous une côte très sauvage de falaises aux récifs impressionnants. Encore une superbe journée de navigation par météo exceptionnelle (quelle chance !) dans cette Bretagne qui nous a envoutés !

 

  Nous reviendrons, c’est sûr… !

 

Monitoring internetVista® - Monitoring de sites web