Mistral gagnant !

Le programme ambitieux de cette semaine de vacances était de longer les côtes du Var, de Bandol à Théoule sur Mer. Un beau rêve Pascal partagé entre Jeanine, Patrick et Emmanuel.

La météo en a décidé autrement.

Nous nous sommes adaptés aux différents BMS qui ont ponctués ces quelques jours de navigation.

Mistral_gagnant_2012

Voir le diaporama

 

Départ de la plage de Bandol Samedi 7 avril. Pierre est venu très gentiment nous saluer et nous encourager, je le sens un peu inquiet ! Un renforcement du vent est prévu dans le courant de l’après midi, nous pensons pouvoir passer avant le cap Sicié et se mettre à l’abri du coté de la presqu’ile de Saint Mandrier.

Il ne nous a pas fallu longtemps pour comprendre que les conditions évoluaient plus rapidement que nous l’aurions souhaité ! Très vite l’objectif du Cap Sicié a été rangé au fond d’un caisson, qu’importe l’ile du Grand Rouveau nous offrira l’hospitalité le temps de retrouver une certaine accalmie.

Au passage de la pointe de la Cride la mer est de plus en plus formée, sans pourtant être vraiment menaçante. Nous nous sentons bien, très attentifs, mais sans inquiétude particulière. Chaque vague est imposante, quelques crêtes déferlent gentiment, nous prenons le temps d’assurer nos appuis qu’il ne faut en aucun cas rater ! Malgré quelques montagnes d’eau à gravir, le rythme de notre progression est bon. Le vent s’emmêle peu à peu dans cette bagarre. L’ile du Grand Rouveau devient désormais une destination trop ambitieuse ; nous nous contenterons des iles des Embiez où nous accosterons par le coté sous le vent face au Brusc.

Je reçois un SMS bien sympathique de Pierre « Ne déconnez pas ! Pas d’engagement dans Sicié ! ». Je n’imagine même pas les conditions aux abords du cap ! Une visite approfondie de l’ile s’impose pour l’après midi.

Dimanche matin, nous découvrons que la météo n’avait pas mentie ; force 8 à 9 en cours sur la zone. Le paysage est impressionnant. Notre endroit de bivouac est certainement le mieux protégé de l’ile ! A quelques mètres c’est l’enfer ! Nous sommes donc « contraints » de rester une journée supplémentaire dans ce paradis des Embiez. Bien sur la discrétion est de mise ; tente montée à la nuit tombante et repli de matériel de bonne heure. Nous en profitons pour faire de belles photos de mer démontée. La Cardinale Nord La Casserlane disparait complètement sous les déferlantes. Il ne doit pas faire bon en mer…

 

Lundi de Pâques. Une journée clémente ! Il faut en profiter. C’est très particulier de voir que ce matin la mer est calme, on aurait presque oublié la tempête de la veille. Temps de demoiselle pour enfin passer le Cap Sicié, prendre la passe entre les 2 frères et se diriger vers la presqu’ile de Saint Mandrier où nous souhaitons faire halte pour midi. La petite houle et les galets de la plage de Cavalas ne nous permettent pas de nous arrêter en toute sécurité. Les kayaks sont par ailleurs bien trop chargés pour une telle manip. Il faut continuer, doubler le cap Cépet, et tirer droit sur la pointe Escampobariou de la presqu’ile de Giens. Une belle traversée d’une quinzaine de kilomètres et c’est un peu fourbus que nous posons pied sur la plage du Pontillet après 32 Kms non stop de navigation. Quel plaisir de croiser Marie Odile et Laurent venus en voisin à notre rencontre. Un bon moment d’amitié. Plus que quelques coups de pagaie avant d’atteindre le camping Fabre où nous passons la nuit.

 

 

;

 

 

Mardi, temps couvert, vent d’Est. Il n’est plus question de rêver à Port Cros et Le Levant sera pour une autre fois. D’autant plus que les prévisions ne sont pas très optimistes pour la suite. Une fois passé le Cap de l’Esterel nous traversons la baie d’Hyères pour rejoindre la plage du Pellegrin, située à l’Est de Port Miramar. Une belle traversée avec une petite houle d’Est dont il fallu quand même se méfier. Nous bivouaquerons sous une pluie glaciale.

Mercredi, un nouveau BMS annonce un fort mistral. Nous allons profiter de cette belle journée ensoleillée pour marcher sur le sentier du littoral en direction du fort Brégançon.

Jeudi. La météo n’est pas engageante pour les jours à venir. Pluie prévue Vendredi et retour du vent Samedi et Dimanche. Notre programme initial ne peut plus être mené à bien. Apprécions cette belle journée. Direction Cap des Mèdes à Porquerolles. Un bon déjeuner sur la plage de la galère, avant de revenir sur nos pas et rejoindre la tour Fondue non sans avoir tiré, une dernière fois, notre révérence aux iles du grand et du petit Ribaud.

Malgré un objectif initial différent, nous avons passé six jours en randonnée à pied où en kayak. Ce fut un capital d’émotions et d’amitiés qui mettra longtemps à se distiller.

Monitoring internetVista® - Monitoring de sites web