Un raid tout en souplesse.

LE RAID LITTORAL 2011.

Organisée par le club MMCK de Marseille et son président Albert Tobelem , cette manifestation est devenue au fil des ans un rendez vous bien connu de nombreux kayakistes de mer de toute la France.

La formule est en effet parfaitement rodée et efficacement gérée par les « locaux » (logistique, hébergement , encadrement, sécurité et même animation ) dans un esprit convivial et « avé l' accent » et propose tout simplement au participant de parcourir en groupe la totalité du littoral des Bouches du Rhône sans s' occuper d' autre chose que de sa pagaie, son chapeau et éventuellement son appareil photo.

J' avais participé à l' édition 2009 et j' ai donc « remis ça » cet été .

A la demande de Pierre Olivier je rédige ce petit reportage pour Nérée .

 

 

 Le point de rendez vous est un camping en bord du Rhône ou affluent les kayakistes de toutes    les régions. On annonce un effectif de 53 participants cette année et il est toujours réjouissant de voir les voitures et camionnettes à kayak devenir majoritaires sur l' aire aux alentours de midi

Cette journée est une journée libre et il convient de l' occuper de son mieux.

Pour ma part ce sera déjeuner au snack du camping,repérage du lieu d hébergement (un complexe sportif en ville) et visite du château de Tarascon en après-midi (le monument est pittoresque et offre de belles vues panoramiques ) avant de tester cette fameuse tente Décathlon « easy » sur le terrain de sport.

Bientôt rassuré sur ce dernier point, je peux apprécier l' apéro de bienvenu et le diner servis dans une salle du complexe sportif.

Bonne ambiance , visages déjà connus de l' édition 2009 et nouveaux collègues tout s' annonce bien pour la suite.

Jour 2. Étape Tarascon-Arles.

On the Rhône again.

Étape de « mise en bras » nous annonce Albert Tobelem .

Je redoute un peu la météo (windguru) qui annonce deux jours consécutifs de mistral assez sérieux mais heureusement il semble ne pas être à l heure au rendez vous.

Le paysage riverain est assez austère mais non dénué de grandeur sur ce fleuve bien balisé qu'est devenu le Rhône et puis la navigation fluviale est toujours dépaysante pour un kayakiste de mer.

Nous croiserons de grandes éoliennes, des ponts suspendus et quelques péniches avant d' arriver vers midi sur les quais arlésiens.

Après le stockage des kayaks sur une place, le déjeuner et l installation dans une École primaire, un après midi Rallye culturel est proposé autour d un questionnaire relativement pointu sur la ville d' Arles. Pour moi et mes coéquipiers du moment ce sera l' occasion d une visite improvisée et plus débridée qu'efficace de cette magnifique cité antique Heureusement dans les dernières minutes une généreuse et savante guichetière du musée des antiques va nous éviter une probable place de dernier de la classe.

Discours du représentant de la mairie,remise des prix et diner en commun sous le préau mettent un terme à cette journée.

Jour3. Étape Arles-Port Saint Louis du Rhône.

On the Rhône again

C' est la plus longue étape du raid et plusieurs personnes m' avaient confié l avoir trouvée ennuyeuse.

Pourtant j' ai beaucoup apprécié cette journée avec en matinée quelques paysages splendides en particulier sur un bras mort du Rhône, l' observation de pas mal d oiseaux, le déjeuner- repos dans un mas viticole en berge gauche et en après midi le maintien d' une allure assez vive avec l' aide du mistral naissant qui nous pousse et me permet de belles glissades à répétition sur les vagues du fleuve.

A port saint louis du Rhône il nous faut quitter le lit fluvial et accéder au réseau de canaux pour rejoindre la base nautique en bordure de mer.

Le mistral a gagné en puissance et ces dernières longueurs sous le vent seront épuisantes.

J' ai beaucoup de mal à planter ma tente dans un sol très dur et sous un vent qui devient féroce... finalement en m' aidant de la grille et du portail de la base je parviendrais à prendre un repos réparateur sous une toile qui va danser la Salsa toute la nuit mais qui tiendra le coup après un diner ou nous apprenons que la demi étape de demain se fera en autocar pour cause de météo défavorable.

Jour4. Étape Port saint louis- Sausset les pins.

La côte bleue 

Le mistral a bien baissé mais c' est quand même par la route que nous rejoignons la plage sableuse de Fos sur Mer ainsi que nos kayaks.

C est l occasion d un bon bain dans une eau rafraichie mais curieusement saine (Fos est pavillon bleu depuis des années) malgré un environnement industriel conséquent avant les discours et l'apéritif dinatoire.

A de nombreuses reprises le maire proposera d' accueillir les kayakistes pour une édition ultérieure, sera t il entendu ?

Dans l' après midi nous longerons toute cette partie du littoral qui se fait appeler « la côte bleue » entre Fos et Sausset les pins alors que la météo se cale sur beau fixe.

Il y a des points de vue magnifiques et une belle ambiance marine sur ce parcours ou nous ferons une halte dans le port de Carro le dernier port de pêche du secteur avant de rejoindre Sausset les pins .

Débarquement et entreposage des kayaks sur le parking sont effectués avant de rejoindre le complexe sportif sur les hauteurs immédiates du site.

En soirée le rituel apéritif d' accueil et diner va précéder une bonne nuit de repos pour ma part sous ma tente dans la pinède.

Jour5. Étape Sausset les Pins - Le Frioul.

La côte bleue 2ème partie 

La météo est au beau fixe alors que nous longeons la partie la plus charmante de la côte bleue avec ses nombreuses criques, ilots et falaises pittoresques.

Ici les ports sont minuscules comme des petites crèches marines et les maisons bâties sur des surfaces escarpées et arides mais c est ce qui leur donne un charme unique.

Nous accostons et déjeunons en plein air à Ensues la Redonne un de ces petits paradis marins ou rester à l' ombre en regardant le soleil dans la mer est un réflexe naturel et un plaisir intense.

En après-midi nous effectuons la grande traversée de la rade de Marseille pour rejoindre l' archipel du Frioul.

Cette grande ligne droite plein sud est négociée assez rapidement ce qui va nous permettre de nous baigner et de faire le tour quasi complet des deux Iles Ratonneau puis Pommégues en longeant les nombreuses criques et falaises de calcaire blanc qui les constituent qui m' ont toujours donné l' impression de me trouver quelque part en Grèce plutôt qu'au large d une grande ville moderne qui pourtant se découpe distinctement si l on regarde vers la côte.

Les raiders sont hébergés au sympathique et accueillant Centre Leo Lagrange à proximité du port de plaisance ou ils vont côtoyer des groupes d adolescents en stage nautique sur la structure.

Un coup de jeune certes mais un sommeil rendu difficile par de bruyantes agitations filles/garçons jusqu'à tôt le matin dans le secteur .... qui me rappellerons que les boules quiés restent un accessoire à ne pas oublier en camping.

Jour6. Étape Le Frioul Marseille.

Le vieux Port de Marseille

 Météo toujours au beau fixe.

Cette étape est une étape de repos qui permet aux participants de rejoindre la base du club organisateur située au Roucas Blanc et de visiter Marseille.

En matinée la traversée vers le vieux port et sa visite, le tour du château d If , le port du vallon des Auffes et la corniche restent quand même des moments kayakistes assez intenses.

Nous avons également le loisir d' observer les car ferrys corses avant de rejoindre la base et d' y déjeuner.

En après midi je décide de ne pas faire la visite de la ville mais plutôt d' essayer quelques kayaks avec trois autres participants au large de la corniche. C est ainsi que j' apprécie le Marlin de Goltziana mais pas du tout le Reval de Tahe Marine tout en prenant une démonstration visuelle d' esquimautages variés de la part de Jean Michel et de René Paul.

C' est à peine si j' ose éxécuter ma valeur sure, un demi esquimautage prise Pawlatta bien timoré en comparaison avant de diner au centre municipal de voile et de rentrer chez moi à Marseille pour la nuit.

Jour7. Étape Marseille Sormiou.

Les Cormorans de Riou  Vers 8h du matin je rejoins avec Élisabeth une autre membre du club la base du Roucas pour rejoindre les kayakistes du raid. Le petit déjeuner a été ingéré et tout le monde se prépare à entamer le parcours sous un soleil radieux.

Cette fois je suis vraiment en terrain connu : nous allons traverser la rade sud puis longer le mont redon, visiter le petit port de l' escalette pour continuer dans la passe de l Île Maire , rejoindre l' île Jarre (la plus proche de l' archipel de Riou) et enfin piquer sur les premières calanques.

Seule la traversée des eaux de Cortiou (émissaire de la station d épuration de Marseille) fait tache avec son odeur nauséabonde , tout le reste est paradisiaque : grotte sous marine, immenses falaises naturelles en calcaire.

A midi nous débarquons dans la magnifique calanque de Sormiou aux eaux turquoises et tièdes

ou nous sommes hébergés dans une maison associative et pris en charge par le centre UCPA.

C' est Samedi, il fait très beau et la calanque est bien fréquentée par les baigneurs mais les kayakistes ne sont pas de reste et j' aurais le plaisir d' essayer un surf-skii Oncho et un kayak Vital de Polyform, embarcations instables mais rapides que je n' ai pas l' habitude de pratiquer.

Malheureusement les gouvernails n' étaient pas bien réglés et j' ai vraiment galéré pour tourner mais ne pas tomber à l' eau a suffi à flatter mon orgueil.

Pour l' anecdote j' ai aussi eu l' honneur de prêter mon kayak shoreline à Monsieur Peschier médaillé olympique de slalom dans les années soixante qui l' a trouvé « très doux » et réussi 2 ou 3 esquimautages complets c' est mon kayak qui doit être fier !

En soirée l' ambiance est survoltée avec l' arrivée de Gilbert Tobelem à la guitare, la création en avant première de la chanson du raid et j' en passe.... sans oublier l' excellent diner...

Jour8. Étape Sormiou La Ciotat.

La Calanque d Envau 

Au réveil la douceur du lever du jour dans la calanque nous fait commencer la journée sous les meilleurs auspices. Il a un peu plu dans la nuit mais le ciel est redevenu limpide.

Au programme un trajet long en kilométrage mais aussi très riche en paysage :

Nous allons en effet longer et visiter toutes les calanques orientales, faire une halte à la calanque d' en vau, puis rejoindre Cassis à la plage de l' arène ou nous déjeunerons d un lunch amené par un kayak chargé à ras bord.

C' est un festival géologique et pittoresque qui nous a accompagné ce matin et qui ne va faire que s' amplifier l' après midi le long des gigantesques falaises du Cap canaille (les plus hautes d' Europe) qui vont nous écraser de leur volume et nous émerveiller par leurs formes et leurs couleurs étranges.

Nous aurons un dernier regard pour ce massif ocre chaotique dans l' anse de figuerolles avant de croiser l' île verte et de traverser la magnifique baie turquoise de la Ciotat qui mérite bien ce jour la son surnom de Golfe d' Amour.

C' est enfin le dernier débarquement sur le parking de la plage ou un discours d' adieu est prononcé en présence du maire de la ville pendant que chacun prépare déjà son chargement et son trajet de retour.

« Allez les parisiens , cassez vous maintenant ! » ordonne bourru Albert Tobelem mais je suis sur qu'ils seront nombreux à revenir pour une prochaine édition de ce raid littoral....

Et je conseille à ceux qui n' y ont jamais participé de les suivre sans aucune hésitation.

Monitoring internetVista® - Monitoring de sites web