Articles

Tour de l’île d’Elbe depuis le continent italien - Avril 2011

La chance nous a souri. Ayant posé de longue date une semaine de congés en avril, c’est juste deux jours avant cette période, après avoir consulté la météo italienne qui nous promet une petite semaine de conditions anticycloniques sans vent, que nous nous apercevons que notre projet de randonnée en circumnavigation à l’île d’Elbe pourrait être enfin réalisé. Après début des préparatifs le mercredi soir, nous prenons la route le vendredi soir direction Piombino, à 620 km et plus de 6h de route de notre domicile, sur la côte Ouest de l’Italie. C’est samedi en fin de matinée que nous découvrons enfin depuis la Marina di Salivoli la silhouette lointaine de l’île, perle de l’Archipel Toscan, troisième île italienne après la Sicile et la Sardaigne de par ses dimensions avec 224 km² de superficie et 150 km de côtes.

 

Samedi 09 avril :

Malgré la brume matinale persistante, la mer est juste ridée alors nous décidons fièrement à 14h d’effectuer la traversée d’environ 8 milles nautiques depuis la Marina di Salivoli, au Nord du port de Piombino, jusqu’à dépasser le Capo Vita, point le plus au Nord-Est de l’île. Cette navigation de 3h du continent à l’île d’Elbe s’avèrera un peu stressante en raison des nombreux ferries et cargos géants évités en zigzagant à l’approche du dit cap. Passant au Nord, la mer toujours docile nous permettra de naviguer en rase-cailloux le long de l’intéressante côte rocheuse jusqu’à la Cala dell’Inferno, large calanque et plage isolée, parfaite pour notre 1er bivouac.

Dimanche 10 avril :

Départ à 9h30, toujours par mer calme et sous un ciel nuageux, de la Cala en direction du Sud-Ouest vers le golfe de Portoferraio pour s’arrêter 1h1/4 plus tard au pied des remparts pour une visite de la vieille ville aux ruelles étroites et du charmant port de Portoferraio bénéficiant d’une baie naturelle très protégée. Ville fortifiée chargée d’histoire qui garde en son sein l’antique résidence napoléonienne, le Palais des Moulins, se situant au point le plus haut de la ville près du Fort Falcone. Après une pause repas, nous pagayons souriant avec le soleil enfin revenu vers le magnifique Capo d’Enfola tout de granit sculpté par le vent. Puis vient la traversée des très jolis golfes de Viticcio et de Biodola, paysages paradisiaques aux eaux très limpides et à la côte fleurie, sur une mer lisse et sous la chaleur, et pause après 3h de navigation sur une plage de rêve de sable fin. Rencontre fortuite à cet endroit avec un groupe de cinq kayakistes dont Gaudenzio Coltelli, le très sympathique patron de Sea Kayak Italy (école de kayak de mer réputée) basé sur l’île et spécialiste reconnu. Après discussion avisée de notre programme et un essai de kayak, une grosse 1/2h de navigation nous sépare de notre second bivouac que nous choisissons sur un promontoire circulaire à 1m au dessus de l’eau avec vue à 300 degrés : le luxe !

Lundi 11 avril :

     Départ à 9h du fond du golfe de Procchio en suivant cette partie de côte sauvage avec peu de criques sous un soleil radieux et une mer d’huile. Passage devant le pittoresque et coloré village de Marciana Marina, blotti au pied du Monte Capanne, point culminant de l’île avec ses 1019m.

Puis arrêt à la spectaculaire petite baie entourée de rochers granitiques de Sant’Andrea pour une petite visite des lieux. Vers 11h, redémarrage et découverte juste après le cap de la Grotta del Papa où l’entrée nous permet tout juste de nous faufiler à l’intérieur avec les kayaks. Vient alors une longue navigation de près de 3h après le phare de Polveraia nous faisant longer d’une traite toute la côte Ouest jusqu’à la Punta Nera où nous essuyons un coup de vent de face aussi subit qu’imprévu nous fatiguant pendant une bonne heure ! Repos de 2h bienvenu sur la chaude plage noire des Tombes pour le pique-nique et chute totale du vent. Nous repartons revigorés plein Est direction la Punta Fetovaia pour une étonnante navigation de cap en cap, tantôt ventée, tantôt pétole ! Passée la Punta, enchaînement de somptueuses plages de sable blanc (les plus belles de l’île) aux eaux turquoises et limpides entourées de granit rose. C’est vraiment paradisiaque cet endroit ! Petite pose sur la plage de rêve de Cavoli en forme de demi-lune puis quelques coups de pagaies qui nous amènent dans la Grotta Azzurra idéalement éclairée en cette fin de journée. Non loin de là, nous installons notre bivouac tranquille sur la plage de Colle Palombaia avec vue sur la Corse à l’Est et l’île de Montecristo au Sud après cette longue et chaude journée de navigation.

Mardi 12 avril :

Départ à 9h par mer calme et petit vent de face mais sous le soleil. Arrêt à Marina di Campo sur sa plage de 2000m de longueur (la plus étendue de l’île) avec ses petites maisons colorées pour l’achat de quelques vivres et faire le plein d’eau, puis re-départ à 11h30 en longeant les falaises jusqu’au golfe de Lacona où se situe au fond une superbe plage sablonneuse (Laconella) enfermée sur deux côtés par des roches vertes composées de serpentine. Golfe où nous trouverons une jolie petite calanque pour pique-niquer vers 13h. Après ces 2h de farniente, direction le Capo Stella constitué d’étonnantes falaises de pilow’s lava (basalte refroidi en forme d’oreillers) où la mer absolument plate nous permet d’effectuer une extraordinaire navigation en rase-cailloux à travers un labyrinthe de rochers noirs et verts. Puis nous longeons de nombreuses plages aux eaux turquoises et limpides, comme tout autour de l’île d’Elbe, qui forment la côte Est du golfe de Stella. Nous établirons notre bivouac vers 17h30 sur la plage de Pareti, chère à Jacques Mayol et Umberto Pelizzari pour être le lieu où s’est disputé plusieurs fois le record mondial d’immersion en apnée, pour clôturer cette longue journée de bonheur.

Mercredi 13 avril :

     Dans la nuit le vent est monté et vers 5h du matin, il a fallu sortir pour raccrocher le double toit de la tente qui s’envolait partiellement (p….n de sardines dans le sable !). La pluie s’est mise de la partie et nous a permis de dormir un peu plus tard ce matin. Donc c’est vers 10h30 et avec le soleil revenu que nous avons levé le camp en direction de la Punta Calamita, la bien nommée car les hommes y ont exploité des mines de fer depuis l’antiquité et la montagne couleur rouille s’en rappelle encore ! Puis de caps en caps ventés, nous atteignons la pointe la plus au Sud de l’île, la Punta Vallemorta, en longeant de grandes falaises d’une beauté sauvage, endroit de bout du monde sans abri possible. Nous passons alors sur la côte Orientale de l’île et c’est avec une houle prononcée et un vent de face quelque peu soutenu que nous rejoignons au bout de 3h de navigation une perle abritée au fond d’un écrin (le golfe de Mola) , gardée par deux forts érigés par les Espagnols au 17ième siècle, Porto Azzurro. Idyllique petit port que nous visiterons après le pique-nique sur la plage. A 15h, nous partons remonter la très jolie côte Nord du golfe de Porto Azzurro alternant plages et audacieuses formations rocheuses pour atteindre la grande plage d’Ortano agrémentée de son îlot magique pour y établir notre dernier bivouac. L’horaire et la journée toujours ensoleillée nous le permettant, nous partons randonner à pieds sur un sentier en falaise qui nous amène aux abords de Rio Marina, étape du lendemain, puis revenons en soirée pour préparer le repas.

Jeudi14 avril :

     Après une nuit des plus calmes, tentatives de départ de la plage d’Ortano à 9h sous un ciel nuageux mais qui ne sera réussie qu’au bout de 3/4h en raison du vent d’Est qui se renforce depuis la fin de la nuit et qui génère déjà des rouleaux malveillants. Nous sentons rapidement que le programme de cette dernière journée va être très différent de celui des autres jours car la navigation débute par vent Force 5 dans une mer agitée avec parfois des creux de 2m. Il faudra toute notre concentration pour éviter le chavirage pendant 1h30 et rejoindre le petit port de Cavo pour nous abriter et reprendre des forces au pique-nique. Ce n’est que vers 13h que nous estimons pouvoir tenter de retrouver à nouveau le cap Nord-Est de l’île et de traverser vers le continent par une mer légèrement moins creusée, accompagnés par un vent Force 4 sur notre tribord. Pour corser l’ambiance, une fois atteint le dit Capo Vita, nous devons composer avec les ferries de toute part et zigzaguer en imaginant leurs trajectoires. L’adrénaline monte à plusieurs reprises lorsqu’il faut faire marche arrière car nous savons qu’ils ne nous voient pas ! Le dernier mille avant d’atteindre Piombino est interminable car le vent s’est renforcé à l’approche des côtes et la mer à reblanchie avec à nouveau des creux d’environ 2m. Bien que naviguant à 20m l’un de l’autre, nous disparaissons de vue régulièrement dans le creux des vagues et nous nous cherchons mutuellement. C’est tout de même vers 15h30 que nous entrons dans la Marina di Salivoli, point de notre départ il y a 6 jours, sous un vent qui monte encore. Il était temps d’arriver ! Une journée bien stressante pour ma douce mais qui conclue dans le bonheur cette semaine de randonnée autour de cette très belle île d’Elbe très nature en cette saison.

 LAURENT

P.S. : nous apprendrons par la suite que la législation italienne interdit ce genre de traversée en raison de la limitation de naviguer à plus d’un mille d’un abri pour les kayaks et que les carabinieri veillent…Chuutt !!!

Monitoring internetVista® - Monitoring de sites web