CORSE : Stage de perfectionnement de rando en Kayak de mer

Dimanche 13 Juin
 
R.V au port de Nice, quai d’embarquement n° 4 à 14 h pour le départ prévu sur Corsica Ferries  à 15 h.  Arrivée à Ajaccio à 21 h 15 ce soir.
Voyage agréable, mer calme, vite passé en discutions et prévisions pour la rando des jours à venir.
Nous optons pour la sécurité et le confort et décidons de prendre les deux véhicules. Nous ferons des navettes quant nous les jugerons utiles.
Arrivés à Ajaccio nous prenons la direction de Porticcio au Sud Est du golfe d’Ajaccio pour installer nos tentes au Camping Prunelli.  Il vient de pleuvoir, il est 21 h 45 et le montage se fait dans les phares des voitures. Nous sommes assaillis par les moustiques.
2010-rando-corse-papou
 
 

 

Lundi 14 Juin ( 10 miles )
 
Après une nuit calme, petit déjeuner  et pliage des tentes.  Départ vers 9h du Camping Prunelli vers la plage de Porticcio,  pose des kayaks sous la surveillance de Jean-Pierre et navette John et PaPou pour mettre une voiture à côté de la plage de Portiglio,  juste avant la Punta di a Castagna.
Retour a Porticcio et départ en kayaks de mer, belle journée, mer facile, rase cailloux.
Arrivée à Portiglio re-navette pour aller chercher la voiture  à Porticcio et nous filons avec les kayaks  sur les voitures à Porto-Polo, petit port à 10 kms environ au nord Ouest de Propriano  où nous installons notre bivouac à la tombée de la nuit sur une petite plage jouxtant le port.
 
Petit repas sur la digue, essaie du riz de l’Oncle Ben’s à réchauffer : facile et très bon !
Jean-Pierre nous raconte une belle histoire et nous allons nous coucher.
Malgré les éclairs et l’orage la nuit fut bonne.

 

Mardi 15 juin ( 10 miles )
 
Le temps est couvert et le vent se lève, nous décidons au petit dej. de faire une navette et d’aller mettre une voiture à Figari. Le trajet nous prend la matinée et nous sommes de retour John et PaPou à Porto-Polo vers midi.
Le temps n’est pas formidable et pour se consoler nous déjeunons tous les trois sur la plage de Porto-Polo dans une petite Pizzeria  ( Pizzas pour J.P et PaPou et Sardines Grillées pour John + Piétra ) très bon repas . Nous sommes  prêts à affronter le mauvais temps qui se prépare.
Départ à 14 h et traversée du golfe de Valinco ( Propriano ) en bac , vent debout, mer agitée, vent force 5.
5 Miles de navigation difficile et 2 h 30 de pagaie pour traverser le golfe et arriver sur la rive sud  de Propriano, nous continuons pour passer la Punta di Campomoro  à la recherche maintenant d’un  petit coin abrité pour établir notre bivouac. Après quelques hésitations nous abordons une crique qui semble correcte ( nommer Aratesi ) bien qu’un peut difficile d’accès, avec de petites déferlantes sur de gros rochers à raser.
Nous débarquons rapidement et mettons les kayacks sur le sable à distance du ressac, la pluie s’intensifie pour devenir 15 minutes après notre arrivée un très gros grain avec un vent tempétueux  force 8 – 9  et une  mer devenue blanche et furieuse.
Impossible de dresser le Tarp à cause du vent et de la pluie, nous sommes fatigués et trempés jusqu’aux os, mais tant bien que mal nous arrivons à monter un abri de fortune dans un coin de rocher avec la toile et des bois flottés.
Après s’être partiellement séchés et emmitouflés dans nos couvertures de survie nous faisons un semblant de repas (lyophilisé ) avec boissons chaudes.
En attendant une acalmie Jean-Pierre nous raconte de belles histoires.
 
Nous profitons d’une éclaircie pour rapidement monter nos tentes  et nos couchages. La nuit tombe et nous aussi de fatigue.

 

Mercredi 16 Juin ( 9 miles )
 
Réveil dans l’humidité et avec la surprise de constater que la tente de Jean-Pierre à été lacérée au niveau du sol à l’emporte pièce et que son sac de nourriture à disparu avec un saucisson, une pomme, un tube de lait concentré etc..   John qui se réveille confirme avoir aperçu la bête vers 5h du matin, un renard semble-il, pas du tout farouche.
Autre gag : PaPou faisant PoPo se trouve nez à nez avec un taureau corse entrain de bramer, panique à bord ! (heureusement la scène n’a pas été filmé ; PaPou aurait perdu la face)
Après avoir plié nos tentes et rangé le coin bivouac, nous faisons le point mer et météo pour évaluer le meilleur endroit pour la mise à l’eau et le départ vers Tizzano.
La décision est prise, PaPou et Jean-Pierre piquent vigoureusement à travers trois à quatre grosses déferlantes à la limite de la pirouette arrière pour sortir de cette crique infernale.
John qui sait attendre  un meilleur moment,  passe facilement.
Mer forte, deux à trois mètres de creux.
Nous constatons avec un peu d’amertume qu’il y avait 500 mètres plus loin une superbe crique bien protégée du vent et des vagues, qui nous aurait évitée les soucis d’une prise de risque.
Nous passons la pointe d’Eccica, puis le cap de Senetosa, la pointe Di Capicciolu et de Di Barcaju et enfin nous arrivons à Tizzano pour aller au fond de cette baie profonde et marécageuse installer notre bivouac.
Les tentes monter, John et PaPou vont au village faire un ravitaillement, tomates, fruits et Piétra, sur le chemin John trouve un superbe poignard de plongée qui nous seras bien utile par la suite ( coupe de bois et oursins ).
Soirée calme et agréable, Jean-Pierre nous raconte de belles histoires.

 

Jeudi 17 Juin ( 9 miles )
 
Toujours une petite surprise le matin, nous constatons qu’il y a eu en cours de la nuit une petite marée et que nous avions laissé sur la zone de marnage des objets qui ont été dispersés.  La popote de PaPou en à profité pour faire une fugue,  impossible de la retrouver malgré une recherche minutieuse de Jean-Pierre en kayak .
Nous partons vers 9 heures de cette magnifique baie vers Roccapina  : Soleil ++ mer calme. Nous contournons le Cap di Zivia, longeons la superbe plage de Tralicetu et après une petite halte pour se restaurer nous poursuivons notre route vers la pointe di Murtoli, puis la grande et belle plage d’Erbaju pour enfin dépasser la pointe et la crique de Roccapina et  enfin atterrir dans une petite crique de rêve ou nous installons notre bivouac sous les pins et les genévriers. Face à nous, la  majestueuse forme du lion de Roccapina  découpée dans le rocher.
Nous sommes en panne de gaz, le brûleur de PaPou a fugué avec sa popote et John a épuisé sa recharge.
Nous envisageons de faire un feu pour la bouffe, mais le vent nous incite à être prudents et à  préférer un repas froid.
Nous aurons après une superbe pêche de John et Jean-Pierre, un magnifique plateau d’oursins ouvert chirurgicalement par PaPou, suivi à la carte par d’excellentes sardines ’Connétable’, saucisson, plateau de fromages et fruits ( le pied ! )
Jean-Pierre nous raconte de belles histoires et nous allons nous coucher.

 

Vendredi 18 Juin ( 9 miles )
 
Départ vers 9h30 avec regrets de ce beau bivouac vers Figari, Vent 3/4 arrière force 4,  soleil ++ Navigation agréable mais sur le qui-vive quant aux petites scélérates qui nous prennent par derrière ou sur le côté sans prévenir.
Arrivée 11h 30 à Figari, port de plaisance dans une grande baie très ouverte avec une superbe capitainerie.
Nous allons rapidement faire quelques courses à Caldarello pour le repas de midi avec la voiture de PaPou que nous avons récupérée sur le parking du port.
Repas rapide avec plein de bonnes choses : salade de poulpes, salade de museau, carottes râpées, rillettes de porc, céleri rémoulade, pain frais et un  coup de très bon rouge corse!
Après une petite toilette dans les locaux de la capitainerie John et PaPou repartent rapidement en début d’après-midi récupérer la voiture de Jean-Pierre à Porto-Polo.
Retour à 17h30 au port de Figari avec les deux véhicules.
Suite aux renseignements pris à la capitainerie sur la Météo à venir dans les bouches de Bonifaccio ( mer agitée - vent 7/8 beaufort ) nous décidons de basculer pour un temps notre périple sur la côte orientale plus accueillante.
Direction Porto-Vecchio où nous faisons nos provisions pour quelques jours dans un grand super marché de la ville  ( fruits - boites - riz oncle Ben’s - café - boissons - gaz etc.. ) puis route vers la baie de Saint-Cyprien au nord de Porto-Vecchio.  Arrivé  au parking d’une superbe plage ou nous pouvons laisser nos voitures et en kayaks nous repartons pour découvrir au sud de la baie un magnifique emplacement pour bivouaquer au bord de l’eau.
Il est tard, rapide montage du campement sous le harcèlement incessant des mosquitos corse, repas aussi rapide : une bonne salade de tomates + fromages et fruits.
On est cuits et recuits ! Jean-Pierre nous raconte une courte et belle histoire et nous allons nous coucher.

 

Samedi 19 Juin  ( 10 miles )
 
Nuit calme, bien récupéré de la veille et après le petit dej
S.O.S. de PaPou qui ne retrouve plus ses lunettes de vue, recherche intensive de l’équipe au milieu d’une montagne de feuilles de posidonies sèches ----> c’est comme chercher une aiguille dans une botte de foin ----> introuvables !!
Un peu  embêtés  nous replions le bivouac pour être sur l’eau à 10h direction le nord vers l’ile de Pinarellu.
La météo annonce du vent assez fort, Sud Ouest, aussi nous naviguons prudemment près de la côte pour éviter une dérive difficile à contrôler.
Après un arrêt sur l’ile pour déjeuner, nous repartons rapidement car le vent monte en puissance et le retour s’annonce plus sportif que prévu.
Très vite c’est du vent debout à 35 noeuds, 7 beaufort auquel nous devons résister pour avancer. La mer est blanche et il faut tenir la barre sans faiblir sur la longueur.  Jean-Pierre a un peu  de mal avec son bateau  plus volumineux que celui de John et de PaPou.
Petit ouf au vue de la plage de Saint-Cyprien sans relâcher notre effort, le Dieu du vent est toujours en colère !
Enfin atterrissage devant une paillote de la plage pour déguster une bonne Piétra bien méritée.
Nous décidons de retourner au bivouac de la veille, nous y étions bien installés et peut-être allons nous retrouver les lunettes à PaPou.
Sur place à 17h montage des tentes et du Tarp, préparation du repas par John d’un couscous qui sera délicieux, fromage et fruits Jean-Pierre nous raconte une belle histoire et nous allons nous coucher.

 

Dimanche 20 Juin  ( repos ) Jour du Seigneur.
 
Très mauvaise nuit, musique plein pot venant de la  paillote sur la plage,Techno à fond la caisse jusqu’a 5h du matin,   par contre, apprécié par Jean-Pierre qui semble être un fin connaisseur en musique Apache.
On replie Tarp et tentes pour rejoindre les voitures  sur le parking de la plage de St. Cyprie. Et juste avant de partir, ho! Miracle ( re-Jour du Seigneur )
Jean-Pierre viens de retrouver les lunettes de PaPou dans l’eau à 1,5 m  du bord, heureux comme tout PaPou  remercie chaleureusement J.P  et lui promet une Pietra 33 cl bien fraîche au prochain arrêt.
En route pour Bonifaccio ou nous comptons bien jouer aux touristes, trouver une place de parking ne fut pas  le plus facile.
Visite des remparts et de la vieille ville, le coup d’oeil du haut de ces falaises de calcaire blanc est étonnant ( 70m )
Nous déjeunons  dans un petit restaurant  du port, puis re-balade dans la ville haute.
Vers 15h on reprend  les voitures et on file vers la plage de Piantarella à  5 miles à l’est de Bonifaccio. et l’on s’arrête   au camping des Îles que connaît bien John   situé a quelques centaines de mètres de la plage.
Après l’inscription à l’accueil, nous nous installons dans un petit coin du camping désert et somptueux sous les Eucalyptus, les Saules pleureurs, et les Mûriers platanes.
Nous avons tout sous la main, épicerie, toilettes, douches, piscine etc...
Aujourd'hui c’est farniente ! John et Jean-Pierre font piscine
et bronzette, PaPou petite sieste, rangement et téléph.
Après le repas Jean-Pierre nous raconte une belle histoire et bonne nuit les petits.

 

Lundi 21 Juin ( 4 miles )
 
Nous avons bien dormi et la petite pluie de la nuit ne nous a pas gêné.
Petit déjeuner et départ du camping des Îles à 9h15 sur la plage de Piantarella en face l’ile de Piana.
Entre l’Ile et la rive sud existe une sorte de lagon ou l’eau est d’une transparence extraordinaire de couleur saphir et la remontée des hauts fonds sur les bords crée  des vagues déferlantes qui dans le cadre de ce stage de perfectionnement nous  permet de réviser  le Surf.
Jean-Pierre nous a fait une belle démonstration d’esquimautage à la fin d’un surf un peu difficile et après avoir fait un gros joujou dans les vagues nous trouvons un petit bout de plage pour manger un morceau !
Retours au camping vers 14 heures et une nouvelle après midi relax - douche - piscine - petite sieste - rangement etc...
Le soir arrive vite et pour le repas John à préparé une délicieuse paëlla ( Oncle Ben’s ) et après la belle histoire de Jean-Pierre : DoDo.

 

Mardi 22 Juin ( 12 miles )
 
La nuit fut bonne, et après un bon petit dej. en route vers la plage de Piantarella pour être sur l’eau à 9 heures, direction  Bonifaccio  à 5 miles environ par la mer.
La météo est limite mais ce choix est l’option qui nous paraît la plus raisonnable plutôt que d’aller sur les Lavezzi et l’ile de Cavallo, les prévisions du lendemain étant plus mauvaises encore.
Mer agitée, grosse houle, arrivée sous les falaises de Bonifaccio sans trop de soucis, mais l’entrée du goulet pour aller au port est beaucoup plus sportive.
A la mer agitée s’ajoutent les vagues d’étraves des bateaux qui rentrent et sortent  et  le rebond du ressac contre les falaises donne un inconfortable clapot et des petites déferlantes inattendues arrivent sur le pont chargé  d’une quantité invraisemblable de méduses  Pelagia Noctulica.
Le Klaxon d’un ferries arrivant rapidement dans le goulet nous fait dégager en vitesse le long des falaises qui le bordent.
Sur le retour, un peu  en avance sur l’horaire prévu nous envisageons un instant d’aller vers les Lavezzi, mais la mer se creuse et les déferlantes deviennent plus menaçantes. Nous reprenons sagement le cap pour le retour à Piantarella.
Une superbe grotte sur le chemin nous accueille à l’abri pour la pose déjeuner.
Arrivée au camping des Îles, chacun vacque à ses occupations, douches, piscine, rangements, petites lessives, téléph.  ect...
PaPou se risque dans la pièce télé du camping pour regarder le match de la coupe du monde “ France - Afrique du Sud “ dès fois que !!??
Au premier but encaissé, PaPou écoeuré  sort de la salle accompagné de la moitié des téléspectateurs.
Ce soir nous faisons riz au curry.
Après la dernière histoire de Jean-Pierre nous allons nous coucher.

 

Mercredi 23 Juin  ( 9 miles )
 
Tôt ce matin nous replions notre installation super confortable de trois jours au camping des Îles et dès 8 heure nous partons en voiture pour la plage de Palombaggia au sud de Porto - Vecchio.
Jean-Pierre nous trouve un très bel accès privé donnant sur une magnifique plage de sable fin, et nous embarquons rapidement de la Cala di Folaca au sud de Palombaggia vers les îles Cerbical toujours dans la réserve naturelle de Bonifacio.
Belle journée, navigation rase cailloux tranquille, vent nul, soleil au rendez-vous. Rencontre avec un kayakiste solitaire venant de Thonon les Bains, n’ayant pas grand chose à se dire nous le saluons et continuons notre périble   autour des quatres principales petites îles servant de réserve ornithologique.  Pour éviter de perturber les volatils nous nous replions sur la côte pour trouver une splendide plage en partie occupée par un couple de naturistes et nous investissons l’autre partie pour nous installer.
Baignade, collation, retour à notre plage d’embarquement où après une Piétra bien fraîche à la paillotte du coin nous décidons de prendre la route pour Ajaccio. 2 heures 30 de trajet pour 150 kms, nous retraversons la Corse
en diagonale, la route est magnifique et les paysages somptueux.
Jean-Pierre et John connaissent parfaitement la ville d’Ajaccio, PaPou ne l’avait qu’entrevue à la tombée de la nuit à l’arrivée du Ferries.
Nous trouvons le camping ( Barette-Pech ) qu’il nous fallait sur la route des Sanguinaires situé sur le terrain du château de Barbicaja, vieille bâtisse surplombant le camping  avec une vue surperbe de l’immense Golfe d’Ajaccio.
Notre petit coin est rapidement aménagé et à part quelques odeurs  venant des sanitaires voisins notre installation est agréable.
Petit repas sympa arrosé d’un bon vin corse ( grâce au tire-bouchons du voisin de tente )
Une avant dernière  belle histoire de Jean-Pierre et le marchand de sable passe.

 

Jeudi 24 juin ( 12 miles )
 
Comme d’habitude, nous ne traînons pas trop le matin et après un bon petit dej. la mise à l’eau des bateaux se fait sur une belle plage de sable fin à 500 mètres du camping ( plage Marinella, voisine de la propriété Marinella ou vécut   Tino Rossi à la fin de sa vie )
En route pour les îles Sanguinaires constituées de quatre îlots au nord du golfe d’Ajaccio. L’île principale n’est pas habitée mais on y trouve un phare, un sémaphore et une éolienne.
La tour Génoise de la Parata est au bout de la route de la presqu’île qui relie la ville aux Sanguinaires.
C’est notre dernier jour et nous sommes gâtés, le soleil est là, la mer est calme, nous nous arrêtons dans une petite crique sous le phare de l’île principale pour notre dernier casse-croûte Rando.
Retour au camping vers 15 heures :   Douche - rinçage des vêtements et kayaks de mer et on  commence à plier et ranger dans les voitures.
Nous  décidons de faire une petite virée en ville et nous attrapons un bus à 16 h 30 pour la vielle ville d’Ajaccio.
Jean-Pierre et John connaissent bien, PaPou pas du tout, on s’arrête devant la maison natale de Bonaparte  et pour le reste ( musées ) tout est fermé à cause de la grève contre   la réforme des retraites.
Une dernière Piétra sur le port et nous reprenons  le bus pour le camping vers 18h30.
Après le dernier repas arrosé comme il se doit d’une bonne bouteille de vin Corse, nous plions et rangeons le maximum d’affaires dans les véhicules, demain nous devons quitter le camping à 6h30 maximum et nous ne voulons pas trop déranger nos voisins campeurs.
Jean-Pierre ne nous raconte pas d’histoire et nous sommes tristes, mais nous nous endormons avec tellement de beaux souvenirs !

 

Vendredi 25 Juin
 
Retour sur le continent. Départ sur le Corsica Ferries à 8h00, arrivée à Nice à 14h15.
Bonne traversée tranquille,  repas léger à la cafétéria vers midi. On se quitte contents de cette belle Rando en se promettant que la prochaine sera  plus belle encore.

 

FIN

 

Nous avions trois bons kayaks, dont la réputation n’est plus a faire.
 
John et son kayak en fibre “ Skyros XL “ de Polyform 530 cm x 53 cm pour 22kg a un bon volume de chargement, un gouvernail et une belle finition.
 
Le Skyros est un super kayak de mer, très stable, agréable, vivant et marin et a un excellent comportement dans les vagues .
 
Premier kayak de rando gros porteur  d’entrée de gamme chez Polyform.
 
Jean-Pierre et son Kayak en fibre “ Arktika “ de Polyform est d’une taille au dessus 550 cm x 60 cm pour 25 kg et un volume de chargement en conséquence.
 
L’Arktika  à une coque à bouchains vifs et une forme peu gironnée, une dérive auto-rétractable qui est pratique en cas de contact avec un rocher mais qui s’ensable facilement quand on part de la plage.
J.P à eu quelques soucis de dérive au court de ce périple (coincement-cablage timonerie? )
L’Arktika est un beau et bon kayak de grande randonnée  très stable, rapide et très marin en mer formée.

 

Jean-Philippe ( PaPou ) et son vieux Catchiky en fibre un peu mitté construit par la société Plasmor  architecte Loîc Bourdon ( le 1er Kayak  moderne de haute mer 1979 )
Les dimentions du  Catchiky sont presques les mêmes que le Skyros
535 cm x 54 cm  mais beaucoup plus lourd 26 kg , un giron prononçé et un petit hiloire d’ou la difficultée pour rentrer et sortir facilement du Cockpit, avec en plus la pompe entre les jambes.
L’autre inconvénient du Catchiky  est sa dérive manoeuvrable avec les deux mains, dérive qui n’est pas auto-rétractable avec des  risques de casse sur les cailloux.
Mais le Catchiky navigue bien et je me suis vraiment fait plaisir ! Il est vif et rapide. Il passe très bien les vagues et le clapot, il part bien au surf et est très facile à esquimauter.

 

Participants :
 
John Townend sur Skyros XL (Polyform)
 
Jean-Pierre Crestian sur Artica  (Polyform)
 
Jean-Philippe Arboireau (Papou) sur Catchiky (Plasmor)
 
 
Isabelle Guillard  monitrice Responsable de la  section kayak de mer

 

Monitoring internetVista® - Monitoring de sites web